Petit-verdot : il y a du vert dans le verdot

Le mois de septembre a déjà égrainé quelques journées bien remplies par les ultimes travaux d'effeuillage.  Le soleil que l'on a craint cette saison doit désormais entrer de toute part jusqu'aux baies, de façon à ce qu'elles ne restent jamais humides le matin ou après une averse.

Le facétieux petit-verdot dont la véraison fut la plus tardive des trois cépages rouges, chargé à souhait avec parfois trois grappes par rameaux, n'arrive pas toujours à faire mûrir l'ensemble de sa production. Il faut donc l'aider et passer avant les vendanges pour éclaircir les grappes roses ou parfois vertes. Celles-ci, si on les laissaient sur pied pourraient ne pas être repérées par les vendangeurs car elles pourraient alors sembler noires comme les autres, mais en vérité le décalage de maturité serait toujours aussi important. 

Sur la photo, on comprend aisément et elle semble d'ailleurs tellement claire que j'arrêterai là mes commentaires.

Écrire commentaire

Commentaires : 0